L’amour et le follicule pileux, Jésus il a les deux

De temps en temps, il m’arrive d’écouter des musiques Disney. Bon OK j’ai une playlist de plusieurs dizaines de chansons Disney sur Grooveshark et je la connais par cœur. BON D’ACCORD je l’écoute au boulot.

Ca va hein.

BREF. Tout à l’heure en faisant un powerpoint que je devrais renommer « diaporama d’un ennui si extrême qu’il surclasse direct le scénario de Grey’s Anatomy au rang d’intrigue politique d’intérêt majeur », j’écoutais donc cette playlist afin d’adoucir mon cœur devant la cruauté de la vie, lorsque soudain je me laissais immerger dans l’émotion de la chanson (oui on dit submerger normalement mais bon c’est des chansons Disney c’est plutôt une noyade passive et accidentelle faut pas non plus déconner), et ça m’a rappelé… Quand j’étais amoureuse, autrefois.

Parce que ce qui est étrange, c’est que quand on est petits, on est amoureux, mais pas pareil qu’après la puberté. Il semble qu’il existe une influence du follicule pileux sur la consistance de l’amour porté à autrui.

Je me souviens très bien de mes amours de jeunesse. D’abord ya eu les Tortues Ninja. Surtout Donatello (le violet si tu te souviens), parce que c’était le plus intelligent. Maintenant que j’y songe, du plus loin que je me souvienne il semble qu’en fait l’attribut conférant le plus de sex-appeal à mes coups de cœur était le cerveau. La classe hein ??! La preuve j’ai quand même été amoureuse d’une tortue avec un long bâton (ah… Ou alors c’était le bâton ?…). Enfin sex-appeal quand on a 6 ans c’est sans doute un grand mot. Disons du bisou-sur-la-joue-appeal. Mais attention hein c’était pas de l’amour en carton, je pensais vraiment aux Tortues Ninja avant de dormir, le matin en me réveillant, et je détestais cette connasse de chanceuse d’April O’Neil.

AHH c’est quand même tentant hm ?

Bon après quand même je suis passée au genre humain, mais en restant dans le fictif : deuxième coup de cœur massif : Jarod, le Caméléon. Aaaaahlalaaa Jarod j’en RÊVAIS je l’idolâtrais, j’en étais arrivée au niveau de la Bieberette d’aujourd’hui, prête à lui balancer ma culotte Charlotte aux Fraises sur le nez au premier passage à portée de textile.

Ohlalalala

Maintenant que je relis cette phrase ça a quand même un léger côté malsain cette histoire de lancer de sous-vêtements taille 8 ans. Je vais finir par avoir le FBI sur le coin de la pomme pour propos pédophiles.

Mon premier amour humanoïde je m’en souviens fort bien. J’étais en 6e, et lui avait une copine. Et là le truc trop chelou c’est que j’étais pas jalouse de sa meuf. Je la détestais, OK mais c’était uniquement parce que c’était une grosse pute moche, aucun rapport avec Lui. Lui que je voyais si gentil, si pur, si parfait. Après je n’ai eu qu’un seul autre crush que je peux qualifier d’enfantin, et les caractéristiques étaient les mêmes :

1)      Impossibilité de Le regarder

2)      Impossibilité de Lui parler

3)      Impossibilité de Le toucher, pas même au coude à coude ni au narine à rotule, non que dalle

4)      JAMAIS au grand JAMAIS je n’aurais accepté de « sortir » avec Lui.

Attends déjà je savais à peine ce que ça voulait dire, et puis nenni nenni moi mes coups de cœurs de jadis c’était en mode Marie-Judith de la Contemplation Adoratrice de la Sainte Vénération. Genre est-ce que tu penses que le Pape sortirait avec Jésus s’il avait l’occaz, à se taper le paquet de Pépito entre les montagnes russes et le tir aux pigeons, l’œil pétillant et la lèvre humide ? Bah c’est pareil.

Enfin je crois.

Jésus fait cocu par un sarazin :O

J’aimerais biens avoir d’où viennent ces changements brusques d’état d’esprit vers l’adolescence. Exemple :

12 ans : « Jamais je dépenserai mon argent pour autre chose que des jouets, les vêtements c’est nul je comprends pas pourquoi les grands achètent que ça »

15 ans : « ARGH j’ai encore dépensé deux mois d’argent de poche chez Pimkiiiie… »

Ou encore :

11 ans : « Les vacances c’est dans 1 mois ?? C’est combien de dodos ? C’est loooooooong !! »

17 ans : « AAAAHH la VACHE le bac c’est dans un an seulement !! Putainputainputain »

Ou bien :

9 ans : « Hihihi il est beauuuu je vais découper sa photo et la mettre dans un porte-clés Barbie en forme de cœur et je lui ferai des bisous tous les soirs »

20 ans : « Si ce mec dans la queue pour la caisse pose un pot de Nutella sur le tapis roulant, il n’est pas impossible que je le suive en mode camouflage jusque chez lui pour lui en tartiner les pectoraux »

Finalement je ne sais pas si on y gagne.

Imagine si on était tous restés avec nos perceptions d’enfants :

Gilberte : Johnny t’en es où du rapport Opercule ? Faut le rendre dans 7 dodos je te ferais dire.

Johnny :  … Hu

Gilberte : Johnny pourquoi tu regardes ailleurs ? Tu m’écoutes ?

Johnny : …Oui oui Gilberte je t’écoute… « rougi » Euh… Mais faut que j’aille aux toilettes là.

Gilberte : Bon sang, les garçons c’est vraiment nul. Bon je dois encore poser mes RTT moi, c’est les soldes à la Grande Récré la semaine prochaine.

Ouais non ce serait le bordel quand même.

Publicités

Publié le 6 février 2012, dans Delirium très mince, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :