Archives Mensuelles: mai 2012

Les neurones aussi ont une racine

 

Bilan du week-end : cette semaine fut fort chargée en paranormal.

Oui Internautre, je passai récemment les portes de la Vie Normale pour atterrir directement en pays du N’importe Quoi.

Pour commencer, mon ostéo m’a diagnostiqué une tendinite du moyen fessier. OUI tu as bien lu, j’ai une tendinite du cul. Je te dirais bien que je me suis fait ça lors d’une course poursuite avec la mafia en duo avec James Bond, ou bien que j’ai tenté l’ascension de l’Himalaya, mais en vérité il se trouve que j’ai marché en pente montante avec un peu trop d’enthousiasme. Fail.

Les tutos de Paulie : Comment se faire une tendinite de coude.

En deuxième point, je me suis quand même débrouillée pour avoir une ampoule de plante de pieds, non mais allô ouate the fuck ??

Bref, c’est munie de ma tendinite de cul, de mon ampoule plantaire et de mes poils de fille que je me rendis en institut d’épilation, sans avoir connaissance du fait que l’expérience que j’allais y vivre, outre a douleur d’arrachage pileux, allait me filer le trauma forever. Je te livre le dialogue avec Cerbère l’esthéticienne, qui avait visiblement des soucis à la fois de contracture des zygomatiques, car elle ne parlait guère qu’en aboyant avec l’air excédé, et d’autre part des problèmes de perception oculaire au vu de la couleur écarlate de ses joues pour cause de gros tas de blush. La pauvre femme ressemblait ni plus ni moins à un clafoutis qui tire la gueule.

ELLE : Ou vous habitez si c’est pas indiscret ?

MOI : A Courbevoie.

ELLE : Et vous avez déjà tenté le palper rouler ?

MOI : (me demandant quel était le rapport avec Courbevoie) C’est une technique de massage non ?

ELLE (en m’empoignant le gras de cuisses) : C’est une technique de cure d’amincissement quoi, ça enlève la cellulite et le gras que vous avez là par exemple. Pourquoi vous voulez pas en faire ?

MOI (complètement vexée qu’elle me traite de grosse molle du cuissot) : Parce que je n’en ai ni le temps, ni l’argent ni l’envie, bref ça m’intéresse pas du tout votre truc.

ELLE (l’air méga surprise) : AH mais nan mais je dis pas ça du tout pour vous la vendre hein alors là vraiment pas moi je m’en fous, c’est juste que parfois ya des femmes qui sont déçues parce que la première fois elles l’ont fait avec une machine et avec la machine ça marche moins bien qu’avec les mains, moi je fais avec les mains et le toucher c’est vachement plus important, avec les machines on reprend le double du poids d’avant alors qu’avec les mains, on reprend 40% mais pas le double, ni le triple, ni le quadriple.

MOI (riant intérieurement du « quadriple ») : Ah bon ya des machines pour ça ?

ELLE : Ah non ya pas de machine c’est un truc à faire avec les mains, mais yen a qui font avec des appareils.

N’ayant pas le courage de lui demander quelle différence elle fait entre une machine et un appareil, je me la fermais et ne repris la parole que la poignée de secondes plus tard pour lui demander d’attendre le mini moment que je remette ma culotte avant qu’elle ne passe aux jambes.

ELLE (l’air d’avoir découvert son frère coucher avec sa mamie tellement ma sortie l’avait choquée) : Bah, pourquoi vous voulez remettre la culotte ??

MOI (commençant à sentir mon pouillème de dose de patience quotidienne s’effriter en emportant le quota du lendemain avec) : Parce que j’ai pas envie de rester 20 minutes le cul à l’air, voilà pourquoi.

ELLE : Ah… Nan parce que vous savez moi c’est pas avec ce que je vois toute la journée que ça va me traumatiser hein.

MOI : Je ne vois pas en quoi ce que j’ai dit vous concerne, je suis juste pas à l’aise de rester à poil pendant le lustre. Vous j’imagine que quand vous allez chez le gynéco vous vous foutez pas à poil en rentrant dans le cabinet jusqu’à la fin de la consultation non ? Ben c’est pareil.

ELLE : AH nan mais le gynéco je suis pareille que vous hein surtout que je le vois beaucoup en ce moment…

Ooooooohhh non pitié ne me raconte pas tes histoires de muqueuses, ne me raconte pas tes histoires de muq…

ELLE : Ouais parce qu’avec mes kystes… Enfin il m’a expliqué un truc que j’avais rien sur les images ni au palper mais bon moi j’ai mal alors j’ai rien compris. Et puis moi je le sens bien que j’ai mal, à chaque fois que j’ovule j’ai les ovaires qui font mal, comme si je sentais l’ovule s’arracher vous voyez.

Je veux mouriiiiiiiiir je ne veux pas connaître tes histoires de palper d’ovuuuuules on ne se connaît paaaaaaaas

ELLE : En plus normalement c’est les filles qui ont la ménopause qui ont ça normalement, donc pas une comme moi qui a la vingtaine. Et sinon vous faites quoi comme métier ? Parce que moi je trouve que quand on regarde aujourd’hui c’est scandaleux que les gens soient les cobayes des entreprises de médicament. Moi par exemple j’aime pas être un cobaye.

Le saut du coq à l’âne c’est encore trop facile pour elle. Non elle elle a carrément level up du saut de l’acarien au Géant Vert.

MOI : Ah bon vous avez participé à une étude pharmaceutique ?

ELLE : Bah non ! Mais franchement c’est un scandale que c’est les malades qui sont des cobayes, alors que si on attendait 30 ans ben on saurait quand le médicament marche pas.

MOI : Vous voulez dire les malades qui sont SOIGNES par les médicaments ? Parce que si on attendait 30 ans, on aurait un peu plus tendance à mourir à force de prendre des vieux médicaments moins efficaces.

ELLE : Ben vous m’enlèverez pas de la tête qu’autrefois c’était quand même mieux, yavait plus de travail et puis au niveau de l’éducation c’était autre chose, les gens étaient plus chaleureux et puis faut voir le taux de délinquance aujourd’hui hein.

Mais quel RAPPOOOOOOOORT BORDAYL SAUVEZ MOIIIIIIIII

A ce moment j’aimerais partir en courant, mais mes mollets étaient à demi épilés et ça ferait quand même mauvais effet.

MOI : …Je ne vous suis pas. (Tu m’étonne Brandon) (Au point où on en est il serait sans doute plus constructif que je lui réponde en faisant des prouts avec mes aisselles)

ELLE : Ah non mais moi quand je parle aux autres j’ai l’impression d’être sur une autre planète des fois, les gens y me disent que je me projette trop en avant, vous voyez comme par exemple des fois je pense trop au futur mais pas à l’avenir.

MOI (consternée) : …Je ne comprends pas. (QUELLE EST LA DIFFERENCE ENTRE LE FUTUR ET L’AVENIR ESPECE DE TRUIE MAL BRANLEE)

ELLE : Ben par exemple je pense plus loin comme au passé, et pas assez au futur proche, enfin surtout le futur lointain quoi. Par exemple pour l’épilation au laser je me pose la question. Parce qu’aujourd’hui les femmes elles font ça 10 ans plus tard ça va encore, mais 50 ans plus tard ?

MOI : Oui enfin dans 50 ans à priori vous en aurez plus besoin hein.

ELLE (rictus de rire vague) : Haha ben ouais on verra dans 50 ans haha enfin si on garde les mêmes numéros qu’on est toujours en contact hein.

QUEL CONTACT ?? Ca n’a aucun seeeeeeeeeens HELP.

Je ne sais même pas quoi dire tellement cet échange dépasse l’entendement. Il dépasse même globalement tout ce qui a jamais été entendu de mémoire de réincarnation de tympan. Cette greluche est tellement stupide qu’on se demande même par quel miracle elle met sa bande de cire du bon côté. Ses neurones ont probablement été arrachés avec une bande mal placée, les miens sont grillés, ma foi en l’humanité est morte, mon Dieu quand je pense qu’elle a le droit de vote j’en verserais presque une larme.

Internautre, pitié sauve moi, dis quelque chose d’intelligent.

 

Publicités

Le Poker sans moule, c’est quand même un tiramisu au chocolat

Gotferdom puissance mes aïeux, tous mes pardons Internautre. J’étais toute la semaine dans l’accueil joyeux de l’amitié en visite depuis la belle province, aromatisé rêves pourris à  base de cannibales et de jambes en coton qui courent pas bien et puis j’ai eu la gestion du temps défaillante bon et finalement hop hop hop à force de laisser passer le jour sans poster, me voilà en post-semaine de non postage. Je suis si confuse que j’en nage le crawl dans la mare de la confusion. Et comme chacun sait, le crawl est pour moi une terrible épreuve, puisque je fais partie de ces êtres éprouvant la difficulté maximum à coordonner ma prise d’oxygène avec ma sortie de tête de l’eau. Ce qui est vaguement gênant et entraîne régulièrement un avalage de tasse, voire de litron d’eau plus ou moins chlorée selon si le gamin devant a fait pipi dernièrement.

Le crawl sans effort

Tout ça pour te dire que crawl, cannibales, coton, belle province, bon ben voilà : confusion. Mais attention j’ai pas non plus fait du que dalle ou du recomptage de doigts d’orteils depuis la semaine, hein, j’ai fait moult choses instructives. Tu vois ya un truc qui me turlupine dans les coins, c’est pourquoi ya des choses que tu détestes mais que tu fais pas mal, genre la vaisselle, et des trucs que tu aimes d’amour mais dans lesquels tu te révèles une vraie merde velue. Par exemple la conduite (un jour je te raconterai mon échec au permis et mes heures de conduite multiples de 60). Ou aussi le poker. Oui parce qu’hier j’ai tenté le jeu de cartes hasardeux pour la troisième fois depuis mon avènement. Les deux premières fois, je ne te cache pas que le total de mes gains s’élevait approximativement à un total de walloo = zéro euro. L’avantage de cette somme, c’est qu’elle est somme toute facilement convertible en n’importe quelle devise chère à ton cœur, eh oui c’est ça la positive attitude, gros. L’inconvénient, c’est que dans l’ensemble tu es relativement proche de la pauvreté et je dirais même que l’acre fumet de la banqueroute t’environne. Comme il se trouve que je suis présentement dans un marasme économique anthracite, c’est-à-dire quasi noir, bon cette fois je me suis dit que pas question, je vais gagner du pognon.

Et là, bonne nouvelle : j’ai gagné 3 fois des jetons \o/ Et que le fait que je les ai tous perdus dans la poignée de minutes qui suivait ne t’empêche pas de me féliciter, hein. Parce que quand même mouillure de chemise réclame gloire et fan club. De toute façon le poker c’est con parce que c’est quand même vachement corrélé avec si t’as de la chatte ou point. Personnellement et même si je suis munie de cette dernière sur le point de vue anatomico-physiologique, sur le plan chanceux, je suis pas tout à fait au stade du postérieur bordé de tagliatelles. Mais tu vas me dire que t’es conne ma pov Paulie, au poker si t’as pas de chatte tu bluffes, un point c’est tout et si t’es pas contente t’as qu’à jouer à la crapette avec les autres relous. Certes, surtout que je sais pas mélanger en faisant du frchhhht avec les cartes. Mais si tu sais le frchhhht, quand tu sépares le paquet en deux et que tu fais du double feuilletage de paquet pour les mélanger. Bon ben si tu sais pas faire ça au poker déjà t’as l’air d’une bite. Ce qui maintenant que j’y songe fait de moi une bite qui a pas de chatte.

Tout ça pour dire qu’au bluffing je suis pas aidée, vu que je suis incapable de la moindre menture sur le plan aplomb. Ce qui signifie concrètement que ma plus grosse feinte pourrait sans doute se résumer à « Oulalalalalaaaah qu’est ce que je suis contente de mes cartes, tiens je vais même faire un grand sourire et souffler du nez ». Alors qu’en vrai j’ai un 2 et un 8. Et je sais pas si c’est à cause de mes non talents d’actrice ou du reflet dans mes lunettes mais personne n’y croit. Résultat, je me fais plumer par celui qui bluffe au 3 et 8, ou par celui qui a de la moule.

Dans l’ensemble, je suis plutôt au top du mauvais.

Et pourtant, par un phénomène inexpliqué, j’aime ce jeu parce qu’à chaque tour je suis impatiente de voir si cette fois je vais avoir la paire d’as ou si au moins je vais réussir à pas croire que j’ai une paire de dames alors qu’en fait j’ai un valet et une dame. Pour ma défense, parfois les valets ressemblent vachement à des autochtones du Marais et du coup je confonds à cause de leur féminité trop exacerbée.

Enfin au final j’ai quasi toujours que des mains qui puent le pourri, il faut dire les choses telles qu’elles sont.

Mais la carte a ses raisons que la toison ignore, aussi ai-je développé pour ce jeu un goût de tiramisu au chocolat = j’aime moult.

La chaîne des questions de la vie.

Donc me voilà à faire écho à ma première chaîne de blog, suite au tag de TruUffe. Les règles sont simplissimos et mises en gras :

Poster les règles (OK ça c’est fait)

 

Ecrire 11 choses sur soi et sur son blog

1- FRIENDS est ma religion. En plus c’est moins risqué de nos jours que d’être musulman (vive la Fraaaance).

2- Quand j’étais petite, je voulais faire Testeuse de Hamacs. Mais les débouchés étaient restreints, parait-il, aussi ma vocation a-t-elle été tuée avant même l’œuf.

3- A la base je pensais trouver une « ligne éditoriale » pour ce blog, mais il m’est ensuite apparu que rien que cette expression muait le projet entier en une vieille tumeur d’ennui. Du coup, telle Dieu je l’ai fait à mon image : du N’importe Quoi.

4- Et comme je viens de Montpellier, c’est cohérent avec ma mascotte locale Rémi Gaillard : C’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui.

5- Je connais le générique du Big Bang Theory par cœur. J’ai mis une saison entière à l’apprendre alors maintenant je me la pète gravos.

6- Je suis du genre monomaniaque de la bouffe. Je peux manger un truc en boucle pendant des jours à des mois d’affilée jusqu’à ce que du jour au lendemain mon cerveau m’informe qu’une bouchée de plus entrainera la fonte de mon appareil gustatif.

7- J’aime le bœuf cru. BEAUCOUP.

8-  Je suis si dépensière que je suis persuadée que mes sous sont frappés de la maladie de l’évaporation. C’est juste qu’au lieu de se muer en gaz ils font des vêtements et des vernis à ongles.

9- Je ne supporte ni U2, ni Coldplay, ni Oasis, ni Etienne Daho. Never EVER.

10- J’ai un ours en peluche rose en salopette qui me suit dans mon lit depuis que j’ai 3 ans.

11- Mon ours s’appelle Kevin.

Bon je pense que ça fait SUFFISAMMENT de breaking news pour le moment. Encore un peu et je vais spoiler l’histoire de la culotte en tissu qui m’a servie à attacher mes cheveux pendant ma douche à la bétadine pour mon opération d’ablation des amygdales. Oh Wait.

 

Répondre à 11 questions

1- Sucré ou salé ? Si c’est pour en napper un pénis, plutôt sucré parce que le pénis au pastrami c’est moyen. Mais si c’est pour une assiette plutôt salé.

2- Quelle est ta pièce préférée la où tu habites ? Mon lit. Parce que dans ma maison idéale, mon lit est une pièce à part entière.

3- Plutôt talons de 12 ou à plat ? A plat, sauf si j’ai envie d’avoir mal aux pieds et de ressembler à une girafe sur échasses. Ce qui arrive peu souvent.

4- Tu vas faire quoi cet été ? Dépenser des sous que je n’ai pas, suer dans le métro, payer mes impôts avec les sous que j’aurai dépensés avant alors que je les avais déjà pas, etc.

5- Le dernier livre que tu as lu ? Je, François Villon de Jean Teulé, un bouquin pour les non ramollos de la carafe, parce que meurtres et viols et cannibalisme, c’était pas du joli à l’époque.

6- Tu fais quoi le dimanche soir contre la déprime de fin de week-end ? Je regarde FRIENDS et je traine tard sur internet en mangeant une salade de pâtes 3 minutes/ cornichons/ tomate/ jambon/et parfois Boursin les jours de fête.

7- Dans quels pays as-tu vécu ? Le pays des rêves bleus, Neverland, Naboo, et sinon Martinique. Et Courbevoie.

8- L’homme qui te coupe le souffle (ou la femme si tu préfères les femmes) ? Frédéric François. Rien que de voir sa tête ça me fige les poumons de dégoût et me fait fondre les cornées.

9- Quelle est ta petite manie pénible ? Je chante Disney. En VO.

10- Quel tic de langage as-tu ? « Diiiis », « ALLÔÔÔ quoi », « j’ai envie de dire ».

11- Qu’est-ce qui te donne envie de te lever le matin ? Mes céréales au chocolat noir.

Créer 11 nouvelles questions pour les personnes taguées

Okay c’est parti pour l’interview de la mort :

1- Le métier que tu rêverais de faire si tous les boulots du monde étaient en open CDI.

2- Ton super pouvoir rêvé.

3- Si tu avais un animal totem, qui te compléterait et te représenterait, quel serait-il ?

4- Que ferais tu si tu avais 1 journée à passer dans la peau de Superman ?

5- Tu es devant un oracle et il ne peut répondre qu’à 1 question : laquelle poses-tu ?

6- Qui est le plus fort, Batman ou Iron Man ?

7- 3 choses que tu souhaiterais changer chez toi si tu avais un bon génie en face-face.

8- Quelle réplique de film/livre/série t’a le plus marqué(e) ?

9- 5 blogs que tu lis plus souvent que les autres.

10- Une oeuvre que tu aimerais avoir créée.

11- Aimerais-tu voyager dans l’espace ?

Et bien c’était n’importe quoi puissance mille.

 

Choisir 11 personnes et mettre le lien de leur blog sous votre post

Ah ouais mais Coco t’es gentil mois je connais pas tout ce monde là non plus. Je suis une petite nouvelle de l’internet moi. Je nommerai donc Cécile la bilingue, Arnaud l’amateur de collants, Elen la rigolote et Freud l’américain, si ça les amuse (moi ça m’a bien amusée).

 

Rendez-vous sur leur blog pour leur dire qu’elles ont été taguées

Ca me semble effectivement plus efficace pour qu’elles soient au courant qu’elles ont été taguées quelque part.

 

Ne faire aucun tag sans les prévenir

Oui bon on a compris on est pas des teubés non plus. T’façon les gens je vous détague quand vous voulez.

 

Enfin, vous devez obligatoirement taguer 11 personnes

MAIS NON MAIS OH MAIS JE TE DIS QUE JE PEUX PAS ><

 

Eh bien eh bien toute cette activité intellectuelle ça m’a tueR.

La politique, deux qui la tiennent…

D’ordinaire je ne parle à peu près jamais de politique, pour 3 raisons :

1-    On parlote, on argumente, on s’emporte, on s’engueule et finalement on se MEPRISE MUTUELLEMENT FOREVER

2-    Ca fini toujours par arriver sur la question de l’économie et je n’entrave pas un broc à l’économie. Pour tout te dire, j’en suis encore à me remuer le neurone pour capter comment Satan mon argent peut être à la fois sur mon compte et à la fois courir le guilledou en bourse. Mon fessier par exemple se comporte comme toute molécule digne de ce nom et n’est jamais en même temps ici et là. Impossible.

3-    Ecouter des gens qui clament chacun posséder la Vérité Vraie de la Sagesse Ultime et malgré tout se contredisent dans les grandes longueurs ça me froisse l’esprit scientifique. Une équation = UNE SOLUTION. FION.

Mais là en cette intense période de n’importe quoi électoral, je me trouvai dans l’obligation de me plonger dans ce fatras de promesses à géométrie variable, d’analyses chiffrées non sourcées, de tacles verbaux de pute et de photos lissées sur fond bleu, parce que bon faut voter quoi.

C’est ainsi qu’hier soir je me retrouvai telle la groupilitique moderne devant une random chaîne, puisque pas un canal ne passait autre chose, pour mater Le Débat. Cela commença par une question très con des journalistes Ferrari et Pujadas, je cite : « Afin d’introduire ce débat, pouvez-vous nous dire ce que vous en attendez ?». Vu que c’est une question con, les réponses ne pouvaient qu’être cons :

Love meee tendeeeer

J’attends que les Français se rendent compte à quel point je pourrais être un président plus blanc que blanc que Sarko.

Love me truuuue

Holly a dit des trucs hyper convenus tellement il a zéro personnalité, alors que moi j’attends de ce débat que tout le monde se rende compte que je possède la Vérité Vraie de la Sagesse Ultime.

Et beh bon, nous voilà déjà plus renseignés (sur rien du tout).

Comme ça durait quand même le quintal de temps, je me trouvai rapidement dans l’obligation de ne plus suivre que d’une oreille et d’aucun œil, puisqu’ils étaient braqués sur le fil Twitter du hashtag #LeDebat. Morceaux choisis.

Quelques remarques pertinentes sur l’incroyable utilité des journalistes sur le plateau :

Petit détour par les tics de Sarkozy :

Et puis finalement la vraie question :

Mais aucun de ces petits comiques n’atteint le potentiel hilaratoire de ce TUMBLR <3.