Pour vivre heureux, vivez sans genoux

Je crois que je t’ai pas raconté, mais la semaine dernière il m’est arrivé un truc trop paranormal.
Le soir où M. Akov m’a confirmé que son coloc était d’accord pour une coloc à 3 – temporaire – avec moi-même dès le week-end, BIM j’ai eu méga mal au genou. Mais tellement mal que ça m’a empêché de pioncer tranquille pendant la nuit suivante, et que le lendemain j’avais la mobilité rotulienne d’une Barbie. Tu sais comment bouge le genou de la Barbie. Elle a environ 3 crans de 2° chacun, afin de passer de « j’ai les jambes droites comme des spaghettis crus » à « j’ai les genoux juste assez pliés pour mettre une andouillette dessous ». Eh ben voilà, nonobstant l’andouillette, les gros nibards, les cheveux blonds et les mini-fesses de Barbie, c’était moi. En gros je grimaçais pour mettre mon fute, pour monter dans ma douche-baignoire, pour prendre un escalier dans quelque sens que ce soit, et pour mettre un collant je te raconte pas la misère.

Problem solved.

Comme geindre c’est un petit plaisir de la vie que je m’offre dès que possible, j’en parlais à ma Man qui m’a dit un truc stupéfiant que le lendemain ma kiné me répéta comme si elles s’étaient passé le mot, juste après avoir constaté que mon genou se portait comme deux charmes :

« Le genou, en fait, c’est le ‘je’ dans le ‘nous‘ »

La vache.

Là tu cogites.

Figures-toi donc qu’en réalité vraie, mon genou me faisait une attaque de flip de l’individualité. Alors c’est vrai que je suis un peu du genre flipette de l’engagement, enfin bon de là à y laisser la rotule il y a tout de même un nid de poules. Au début j’ai réagi comme d’us par une attaque de scepticisme (trololol), et puis quand même dans la mesure où je n’ai jamais never ever eu mal au genou, que c’est arrivé à la minute où j’ai eu la confirmation de l’imminence du déménagement, que la kiné n’a rien trouvé, et qu’au final c’est passé tout seul pile poil depuis que mes cartons sont dans la place, quand même ça pue la non-coïncidence.

Révélation.

Du coup j’en ai parlé à M. Akov, qui a dit : « Donc en gros on emménage enfin ensemble, et toi ça te file le handicap ? AH BEN SYMPA ! ». Mais après je lui ai quand même confirmé que les 99% restants de mon corps étaient plutôt jouasses de la nouvelle, que BON malgré tout j’emmènerai quand même ma rotule droite mais qu’elle allait bien finir par s’y faire cette poufiasse.

Du coup (bis) j’en ai parlé à mon Pa, qui est plutôt du style Science et Raison font plus que Magie ni Homéopathie, bref il a bien rigolé et il a dit : « Ah bon et donc si ton genou s’était appelé ‘épaule’ t’aurais eu mal où ?? », ce à quoi la réponse me parut évidente : à l’épaule, qui alors s’appellerait ‘genou’. Non ?

Ou alors j’aurais quand même eu mal au genou qui s’appellerait ‘épaule’, signifiant sans doute que j’aurais un problème avec un certain ‘Paul’.

Mystère que le corps humain.

 

 

 

Publicités

Publié le 20 juillet 2012, dans Delirium très mince, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 15 Commentaires.

  1. Fichtre mais c’est bougrement étrange tout ça !
    Perso j’ai mal aux jambes, mais je crois que c’est du à un mal qu’on nomme communément le « crapahutage dans Paris pour chercher un appart quand on n’a pas fait de sport depuis la nuit des temps »

  2. Enorme cette crise d’individu-alisme….

    Euh…Sinon, si tu passais un casting style un casting de chanson de chanteur de la télé un peu comme the voice 2… tu chanterais quoi ? sachant que je suis plus « laaaa » que «  »doooo »

    • Quelle question énigmatique… Personnellement je pencherais probablement plutôt pour le « grglghpf » (je souffre de paralysie faciale devant les caméras)

      • Tiens c’est marrant tu es tellement extravertie et douée, ça m’étonne ! Backstage powaaaa !

      • Nann mais la caméra c’est pas pareil, tu sais jamais où regarder… À côté, genre « ah bon on me filmait ?? Hihihi » ou dans la lumière rouge « ne regarde pas la lumière ne regarde pas la lumière », ou en plein dans la lentille « mate moi la super star que je suis, pecore ».
        Ça me bouleverse tout ça.

  3. Ma mère me sort le même genre de truc tout le temps! C’est vrai que c’est bizarre quand même mais bon si tu vois les choses dans une autre langue, ça ne colle pas cette théorie (en anglais, « knees », je ne sais pas si on y trouverait un sens).

  4. J’adore. et je re ++++ le Pa. :-). En même temps, quelle idée, le genou pour somatiser…

  5. Surtout que j ai des proubleme de genoux!! lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :