Le rugby de nos couilles abreuve nos sillons

Oui, oui, je sais. Mon rythme de publication a tellement ralenti qu’on croirait presque que mon espace web se rétracte sur lui même tel mon estomac toutes les 2h. Mais je te jure, c’est pas parce que j’avais oublié, non. Cela dit j’oublie un tas de choses dans la vie c’est vrai, j’oublie d’acheter du chocolat pour faire un gâteau au chocolat, j’oublie ma carte d’identité pour partir en vacances, j’oublie l’intégralité des conversations que j’ai eues dans le passé, et comme j’ai encore aucune idée des conversations que j’aurai dans le futur, si tu n’es pas en train de me parler en ce moment précis il est probable que je n’ai aucune idée de ce que tu as pu dire. Les gens me disent souvent que j’ai l’air d’une grosse rêveuse. Ou était-ce d’une grosse branleuse ? Mince, je me souviens pas.

Toujours est-il que mon blog je l’aime, je le chéris, et toi qui lis je t’aime vachement aussi parce que tu acceptes de pas être en train de faire une conversation en ce moment tu vois, et qu’au lieu de ça je te converse toute seule et ça j’aime bien.

Alors tu te dis que si j’ai pas oublié alors ouate dafuque que j’ai pas écrit ? Ou alors peut-être que tu te dis mais qui c’est cette tarée qui me refait la vie, la meuf genre j’ai cliqué sur un lien quelque part sur l’Internet et voilà c’est la fête du slip. Mais quand même j’te réponds : j’ai pas oublié, c’est que j’avais pas envie.

Baaaah allez fait pas ta pute continue à lire quoi, j’t’explique.

Le truc bâtard quand tu écris sur ta vie c’est que pour avoir des trucs à raconter faut d’abord les vivre, sauf que quand tu les vis tu peux pas écrire puisque tu les vis t’as compris ou bien ?

Tu as compris le coup ??

Et comme j’ai vécu la masse de trucs, ben j’ai pas eu le temps de les écrire. Et là voilà avec tout ce merdier j’ai même pas commencé la choucroute bordayl.

Surtout que j’ai expérimenté le truc nouveau dernièrement. Alors pas le fait que je passe mon permis demain, hein. Non ça on en reparlera une autre fois. Peut-être hier tiens. Ou le 30 février sinon. Nan la vraie expérience du mois c’est l’excursion en terrain majoritairement couillu, l’endroit où la bière coule plus que le sirop de fraise, là où la testostérone entre en ébullition et communie avec le reste de l’humanité couillue. Le Stade de France de Rugby.

Ils ont tous le diplôme j’te jure.

Alors j’exagère, parce qu’en réalité vraie, ya vachement de meufs au Stade de France de Rugby, genre 1/3, et je peux te dire que les logisticiens du Stade de France de Rugby ils étaient pas au jus non plus parce que quand t’arrives la première chose que tu remarques c’est qu’ya que 2 pauv’ meufs pour fouiller toutes les nanas du public, contre 8 mecs pour la file masculine. Enfin non la première chose que tu remarques en vrai c’est le stands de vente de kebab pas bons et de chapeaux en forme de poulets à 20 boules. Mais le résultat c’est que pendant que les meufs se poussent et se fritent pour arriver à passer la file de fouille avant la fin de la première mi-temps, les mecs accompagnateurs à chapeaux poulets attendent de l’autre côté en jetant des regards irrités derrière eux vers le Stade de France de Rugby dès qu’ils entendent la clameur de la foule qui a eu la bonne idée d’arriver tôt.

Bon M. Akov et moi on s’est plutôt bien démerdés, parce que même sans chapeau poulet et sans avoir arraché la moindre touffe de cheveux à la connasse devant moi dans la file, on a grave managé pour être dans la place au moment de l’hymne français. Bon on avait un peu loupé l’hymne australien mais bon en même temps comme y avait environ zéro australiens dans les rangs du coup personne chantait et j’ai cru que l’air de musique à l’arrivée à nos places était juste une musique de fond. Pardon si t’es australien hein, mais bon en même temps t’as vu l’hymne français il est tout pourri donc je compense mayrde. Oui j’sais pas j’ai toujours trouvé que l’hymne français il était assez pauvre en termes de mélodie, et puis bon l’histoire du sang qui abreuve les sillons tout ça, déjà je le sens un chouille agressif le mec, et puis bon au niveau de la technique d’agriculture je suis pas catégorique sur le bénéfice de la procédure. Enfin bon moi tu sais je suis pas non plus méga calée de la plantation, hein à part les bégonias de bord de fenêtre c’est au delà de mes compétences.

Mais le truc magique c’est que même si j’ai jamais été groupie de l’hymne national, putain quand t’as trouze mille pékins qui s’égosillent dessus à l’unisson et que tu te rends compte que tu connais les paroles, ben c’est comme dans les films américains quand ya un connard qui dit « QUI EST AVEC MOI » et que pendant 2 secondes il est comme une merde parce que personne dit rien et soudain l’enthousiasme pointe lorsqu’une meuf lève sa main à demi et dit « moi », et puis les autres embraient et après c’est la fête et on se croirait dans la Seigneur des Anneaux avant la grande charge au Gouffre de Helm. Bref, au bout de 3 secondes je hurlais comme une demeurée « LE JOUR DE GLOIRE EEEEEEEST ARRIVEEEEEEEE ». Limite j’avais la larme patriotique à l’œil.

L’ETENDAAAAARD SAANNNGLAAAANT EST LEVEEEEE

Et puis le match commence. Et s’est ensuivi un enchaînement de mouvements des mini bonshommes sur le terrain, alors je plissais les yeux à MORT pour voir, en même temps avec cette manie de s’étaler sur le ballon c’est pas étonnant qu’après on soit perdus.

Cela dit je crois que j’étais un peu la seule à être paumée vu qu’à plein de reprises les mini bonshommes ont fait un tas, j’ai plus vu le ballon, le mini bonhomme jaune a levé un bras et puis l’autre, et là pendant que je me demandais qui était son chorégraphe parce que ça cassait pas 3 briques à un canard, la bouche entrouverte, le cou tendu vers l’action et les yeux plissés, tout le Stade de France de Rugby s’est mis à hurler des OOOoOOOoohhh et des OuuuUULALaLALALaaaaah genre ils avaient compris.

Bon après M. Akov m’a quand même signalé l’écran de 2 hectares que j’avais pas vu et sur lequel ils écrivaient les trucs qui se passaient, ça m’a un peu aidé. Enfin parfois pas quand même, genre quand ça fait OOoOoOOOoooh et OOUuuUulALALALLaaaah et que tu regardes l’écran et c’est marqué « Plaquage cathédrale » t’as juste envie de dire « putain les péquenots ils savent pas écrire intégral !! » Alors que TROP NENNI, un plaquage cathédrale c’est quand le mec te soulève du sol et te balourdes en pelouse avec lui dessus. Et ça fait partie des 5 million de trucs interdis au Rugby.

Hm ? C’est bon c’est clair ?

Vraiment, c’était trop cool, je me suis zéro ennuyée. Après j’ai pas TOUT compris mais bon quand ya un mec qui coure avec le ballon et qu’il se jette à plat ventre derrière la ligne je suis pas complètement cramée je sais qu’il marque un essai (faut pas dire but ou panier sinon tu passes grave pour un blaireau).

Ah oui et aussi demain je passe mon permis.

Bordel de bite.

Publicités

Publié le 22 novembre 2012, dans Delirium très mince, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Vivement la suite :)

  2. Ah ca fait plaisir de te lire!!!

  3. XD Je suis assez d’accord avec toi sur le caractère un peu trop violent à mon goût de notre hymne national. Quant au reste, PTDR, comme d’hab’ !

  4. ouais, tout pareil ! aux chi*ttes, les 1 direction !!! (que j’ai reconnu grâce au Petit Journal l’autre avec la choucroute !:^p )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :