En Istanbulie, 2013 dit UMUT…

OHOOOHOOOOlalalala Internautre, tu sais quoi maintenant que j’ai vécu une expérience turque hors du commun, je sais que l’exclamation du Père Noël vient certainement plus d’une soirée arrosée avec la Mère Noël et une dizaine de lutins que de sa bonhommie certifiée correcte. Je le sais tout simplement parce que depuis que je suis revenue d’Istanbulie, c’est la seule interjection qui m’ait parue appropriée. Non PAS que j’ai vécu une réelle partouze là-bas n’est-ce pas, enfin cela dit il s’en est fallu de peu. Allez, je te raconte.

Pour commencer, contextuons : nous sommes allés à 9 rejoindre un 10e ami, Davut, qui y vit déjà, dans un but d’alcoolisation du réveillon en pays étranger. Nous étions donc M. Akov, Vicky le blond, Kékette, Choucroute l’Alsacienne, Couscous, sa femme Tajine (restons cohérents sinon on s’y retrouve plus), Béatritche l’italienne, son mari Jéromitche pas italien, et moi.

Pour plus d’humoristicité, nous avions casés les couples mariés en chambres dédiées à l’intimité en duo, tandis que Kékette, Choucroute et moi nous avions constitué une coloc de filles, laissant M. Akov et Vicky à une virile cohabitation.

Exemple de virile cohabitation

Détail qui ne vaut pas du tout la peine d’être mentionné, mais c’est mon blog je fais ce que je veux, ce superbe voyage était placé sous le signe d’Umut Bulut, joueur de foot turque peu connu qui, s’il n’a rien d’autre de spécial que son nom, l’a quand même qui frise le comique de premier choix.

1)     Le sexe

Je commence par ça parce que je sais fort bien que tu n’es qu’un petit pervers, hm ? Eh bien sache que tu n’es pas le seul, que nenni.

Cela dit il faut tout de même que j’initie une OLA pour les turcs : quelles que soient les idées reçues, il faut rendre à Umut ce qui est à Bulut. Les turcs sont des mateurs, OUI. Les turcs sont des gros dragueurs relous, NON, vraiment pas du tout. Bien sûr il se peut que la remarque de Couscous « en même temps leurs copines turques c’est des avions de chasse », visant à nous dire subtilement qu’on faisait largement figure d’étal de poissonnier à côté des meufs locales, soit vraie. Mais non, je ne peux le croire décidément. Ce serait bien trop cruel. Et Jésus sait que Couscous le Sarrasin n’est pas exempt de l’apparence de la cruauté, surtout depuis qu’à l’instar du reste de la troupe testostéronée il a pour l’occaz laissé sa moustache s’ébattre en liberté, lui constituant ainsi un imposant 3e sourcil.

Georges le Yéti aussi pensait juste se faire pousser quelques sourcils de plus.

En revanche, les nationalités potentiellement bien lourdes que nous avons croisées étaient de 2 catégories :

Les tunisiens de Tunisie. Nous sortions de la chambre coloc de filles avec Kékette et Tajine, toutes apprêtées pour aller en soirée, espérant que les meurs locales ne voulaient pas que la femelle décorée de rouge à lèvre et de mini jupes soit assaillie sous une avalanche de poils de couilles, comme nous l’avions déjà constaté au Maroc par exemple. A peine étions nous entrées dans la cabine de l’ascenseur, que 3 maghrébins d’à peu près notre âge sont entrés. En peignoirs. A nous mater sauvagement. Nous regardions qui le plafond, qui ses pompes, qui le passionnant ourlet de sa manche, afin d’éviter de voir si un coin de peignoir frémissait ou si les paroles prononcées en arabe avaient un rapport avec nous (ce qui était le cas, d’après Tajine, et elle a précisé qu’elle avait reconnu le parler tunisien) (Il faudrait l’engager chez NCIS, elle est trop forte). On se serait crues dans un mauvais scénar de porno.

Les français de Francie. Le soir du réveillon, nous nous ébattions gaiement dans une boîte à touristes hyper hype à 130 boules l’entrée et une vue sur l’intégralité de l’Istanbulie, lorsque je, puis Kékette, puis Choucroute, puis toutes, nous nous fîmes aborder par une pluralité d’individus mâles. Des turcs atypiques et aventureux ? Des mexicains, ou des népalais ? Non, des français. Des mecs de Nice et Marseille. Encore une preuve qu’on n’a pas besoin de boulets en importation : on a tout ce qu’il faut en local.

Mais celui qui envoyait le plus fat pâté de toute l’histoire des terrines de cochon, c’est Jordan. Qui est Jordan me diras-tu ? Et bien Jordan, c’est le mec qui baisait notre voisine de chambre. Nous avons déduit cela grâce à 2 éléments capitaux :

–        Notre intelligence hors du commun

–        Les hurlements de ladite voisine « YEAAAAH JORDAAN oohhdali gabrutaligadobede tegerionne yeaah JORDAN iiiihojut essa mine… » (oui, la femme de Jordan est une vraie casse burnes qui s’arrête jamais de baver des trucs incompréhensibles)

Nos encouragements sous la forme de « Chauffeur si t’es champion » portèrent visiblement leurs fruits si j’en crus les soupirs satisfaits qui suivirent.

2)     La bouffe

La bouffe turque, pour toi j’imagine que ce sont les kébab. Et bien tu as raison. Et autant certains sont très bons, autant certains sont faits avec du vieux mouton dégueu, autant tous sont TROP GRAS.

Des gâteaux à surtout ne pas mordre

Des gâteaux à surtout ne pas mordre

Egalement, si tu veux goûter des gâteaux bite, c’est là bas qu’il faut t’adresser.

Si tu es du genre à souffrir des fringales de rues, sache qu’elles sont bourrées à craquer de vendeurs de marrons chauds et de vendeurs de moules au citron (dont Vicky fut en apparence très friand, mais vu qu’il était à 3 grammes il se souvient plus trop s’il a vraiment aimé ou moyen aimé).

3)     Les soirées

Au delà de nos folles soirées alcoolisées, nous sommes également des êtres joueurs, eh oui je sais tu es surpris. Mais pas autant que nous lorsque nous découvrîmes fortuitement sur sa playlist d’iPhone que Couscous possédait l’intégralité des albums de Céline Dion. Alors il a bien essayé de nous dire qu’il avait synchronisé son iBordel sur un iTunes d’un copain fan de Céline Dion genre Davut ou Vicky, et que qu’est ce que cela révèlerait de leur sexualité, hm ? Je vous le demande un peu. De toute façon qui croit encore à l’excuse du « c’est pas moi c’est un délire avec un copain haha ». Désolée Couscous, on est pas nés de la dernière truie.

Couscous, réjouis-toi, enfin un concert à ta mesure !

Et quand il ne nous fait pas découvrir son univers musical hors du commun, Couscous nous fait faire un petit tour dans sa famille, mais toujours aux dépends de la pauvre Choucroute, qu’il aime à tourmenter. Il faut dire que régulièrement elle tend la poutre pour se la faire mettre (cf citations en partie 4). Ayant découvert le code pin de son iPhone, il le lui a bloqué sous un code mystère, qui se trouvait être le mois et l’année de naissance de Couscous Père. Miséricorde, après une bonne heure à poser des questions dont la seule réponse pouvait être oui ou non, de type « ton père avait-il 18 ans lors de mai 68 ? » ou encore « son année de naissance est-elle un nombre premier ? », et enfin « Quel âge il avait quand tu étais né au monde ? » (la dernière est de Choucroute) (je crois que tu commences à comprendre), nous finîmes par en rester sur 2 possibilité. 1254 ou 1255. Tajine et moi nous votons pour la deuxième possibilité, les autres sauf Couscous pour la première, le suspens est à son comble, Choucroute compose 1, puis 2, puis 5, puis… 4. Le cri de victoire qui retentit à la vue des familières applications de l’iPhone couvre les centaines de chants des imams à travers le monde musulman. Le délire. Il s’avéra par la suite que Tajine connaissait la réponse mais avait trahi pour la marrade, prouvant plus que jamais à quel point elle avait bien choisit son mari, et que M. Akov et Vicky avaient eux voté pour la bonne réponse suite à leur question « Etait-ce une année de coupe du monde ? », question à laquelle nulle personne douée de normalité ne saurait répondre lorsqu’il s’agit de compter à rebours instantanément jusqu’à Mathusalem.

Cela dit Tajine fut pardonnée de sa trahison plus tard dans un café, lorsque pour nous reposer des événements récents nous avons joué au Rumicube, un genre de jeu de suite avec des jetons, et que notre équipe  nous propulsa vers la victoire (au moins une fois sur 7 parties). Les seules personnes avec qui j’y avais joué jusqu’à maintenant c’étaient mes grands parents mais j’avoue qu’avec des amis c’est tout de même plus vivant, bien que Kékette se soit mise à ronfler depuis le bail dans son fauteuil lounge.

Oui parce que les turcs ils ont tout le mobilier pour se reposer. Faire la fête ils aiment bien, mais point trop n’en faut et après on amasse nenni mousse alors tu vois. Genre le soir du réveillon, on était dans une boîte super hype à danser de ci et de là, lorsque SOUDAIN un mec du personnel passa au milieu de nous avec un BALAI. Oui, il ramassait les confettis répandus au sol. C’est à ce moment là que j’ai remarqué que nous étions seuls sur la piste avec les lourdauds de niçois et marseillais.

Le bleu tout noir que je me suis fait sur la fesse droite dans les toilettes de la même boîte pour cause de tablette en laiton spécial posage de verre un peu trop affûtée, je ne l’ai avisé que le surlendemain, mais c’est une autre histoire. Que je ne raconterai pas plus avant.

4)     Les perles (quasiment toutes signées Choucroute)

« Si elle avait pas été là on aurait été 11 au lieu de 14 »

« On cherche tous les deux du boulot, du coup on a qu’à dire que toi t’es Djobi et moi je suis Djoba »

«  C’est dans la chambre à Béa » « On dit dans la chambre DE Béa. Tu dis pas un fils A pute » « Non mais on dit bien une crotte DE nez » « … »

« Regarde le fleuve c’est le Phosphore ! »

« Je reconnais le chat, c’est par là ! »

Vicky en soirée : « Manger rapide, manger liquide ! »

Couscous en renversant une bouteille d’eau sur le lit de Choucroute : « Dormir rapide, dormir liquide ! »

Choucroute qui a bien compris : « Manger solide, boire liquide ! »

5)     Bonus : quelques extraits touristiques (sorry pour la qualité, j’ai juste un ptit Lumix moi j’suis pas blogueuse mode)

 P1030143

P1030156

P1030167

P1030304

P1030309

P1030328

P1030329

P1030353

P1030359

P1030365

P1030379

P1030401

P1030435

P1030467

P1030489

P1030498

P1030520

P1030552

P1030616

Advertisements

Publié le 3 janvier 2013, dans Delirium très mince, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Sachant qu’un de mes collègues est parti en Istanbulie avec des amis voir un pote qui habite là bas, quelle est la probabilité qu’il soit parti avec toi ?
    Tu as 2heures !

  2. sympas ce billet sur l’istambulie!!! Bonne année a toi!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :