Les adultes ça n’existe pas

 Le chef des ventes entre dans la salle surchauffée. Son pantalon peine à faire le tour complet de son ventre, et la peau de son cou ballote à chacune de ses inspirations poussives.

–       BON alors, c’est pas que vous soyez à côté de la plaque, c’est plutôt qu’y en a qui devraient penser à se bouger le cul.

Silence dans la salle. Les responsables régionaux des ventes, tous assis autour d’une table en U, attendent la suite avec un air blasé. Tous sont largement habitués aux humeurs plus ou moins violentes de leur chef direct.

Jean-Johnny, le chef du marketing, fait une petite moue pincée. Rasé de près, carrant ses épaules dans son costume hors de prix parfaitement coupé, il prend une grande inspiration en haussant les sourcils d’un air pénétré.

–       Ce que veut dire Johnny, intervient-il d’un air pontifiant, c’est que dernièrement au vu des objectifs, on a constaté un léger…

–       Ce que JE VEUX DIRE, reprend Johnny d’un air courroucé, c’est que notre straaAA ?

Silence dans la salle. L’audience est accoutumée à la façon qu’a Johnny de couper ses phrases au milieu comme pour laisser la place à des suggestions, sauf que dans sa version de l’exercice c’est en plein au milieu d’un mot qu’intervient la coupure. Ce qui rend la devinette particulièrement infaisable. Et vaguement ridicule.

–       Tégie est efficace, simplement au niveau de la MISE EN PLACE, certains d’entre vous n’ont pas su profiter des opportunités qui se présentaient.

Plic et Ploc en réunion interstellaire

–       Hemm.

Jean-Johnny se racle la gorge. Il a les yeux rivés sur le stylo Montblanc qu’il tournicote entre ses doigts depuis le début de la réunion et inspire à travers ses dents découvertes par ses lèvres retroussées.

–       Notre sratégie, qu’on vous avait présentée il y a 3 ou 4 mois hein, est tout à fait… adaptée et vis à vis des besoins du marché. Ce qu’il faut vraiment faire attention, c’est… A la mise en place de cette sratégie.

–       Est ce que c’est pas EXACTEMENT ce que je viens de dire ??

Johnny vient de perdre son sang-froid, et en général c’est pas joli à voir.

–       Qu’est ce que c’est que cette PUTAIN de façon de prendre les gens pour des CONS. A un moment on est là pour BOSSER et pas pour raconter des CONNERIES.

–       Je comprends ce qu-qui tu d-dis..

Jean-Johnny, qui déjà souffre occasionnellement de problèmes d’élocution, n’arrive soudain plus à sortir un seul mot intelligible. Le visage rouge et congestionné, il se lève et sort de la salle drapé dans sa dignité.

  ————————————————————————

Les gamins sont tous rassemblés en cercle autour d’un tas de billes dans une disposition laissant deviner qu’un jeu est en cours. Jojo, dans sa salopette bleu foncé, se redresse d’un air pénétré, ses joues rondes crispées dans son petit visage concentré.

–       C’est pas comme ça qu’il faut qu’on joue, les règles c’est pas ça. Ca pue si tu fais pas bien.

Jean-Jojo, bien coiffé dans sa petite chemise taille 6 ans, n’a pas l’air d’accord. Son petit nez pointu se plisse, ses sourcils sont froncés et il tripote la médaille de baptême pendue à son cou.

–       En vrai c’est pas la vraie règle des billes, sinon c’est ne porte quoi et c’est nul.

–       Mais OH c’est c’que j’ai dit. C’est pas la peine que tu parles si c’est pour faire que répéter !

Jojotte et Jeanne-Jojotte n’en sont pas à leur coup d’essai

Les autres enfants attendent en silence. La plupart ont la bouche entrouverte, certains se curent le nez, tous attendent de savoir ce qu’il va ressortir de l’affrontement entre Jojo et Jean-Jojo.

–       Ben je fais ce que je veux et en plus j’ai même pas répété.

–       SI T’AS REPETEEE

Jojo, courroucé, prend alors de l’élan et de ses deux bras tendus pousse Jean-Jojo les fesses dans les gravillons de la cour.

–       AIIEUUUUUUHH

Jean-Jojo, les mains écorchées, se met à pleurer. Submergé par les événements, il se redresse maladroitement et part en courant.

 ————————————————————————

Les adultes ne sont en réalité que des enfants qui font semblant de ne pas avoir très envie de se bourrer le pif avant de partir en pleurant.

Et qui peuvent se farcir de bonbons à toute heure de la nuit si ça les botte.

Advertisements

Publié le 17 mars 2013, dans Delirium très mince. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Je suis entièrement d’accord avec toi!!! Oublier sa part d’enfance c’est MALLLLLLLLLLL!!!!!! LOL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :