Archives Mensuelles: septembre 2013

Harry a les yeux VERTS, bordayl.

J’aurais bien aimé être Glenda.

Glenda est une personne inventée, avec un prénom moisi qui ruina une grande partie de ce qui aurait pu être sa vie sociale imaginaire. Cependant, les sonorités moches de son nom – rappelant le doux son que fit M. Akov hier soir lorsqu’il rentra à 1h du matin pour vomir 2 litres de vodka – et les moqueries des une et des autres ne firent finalement que l’encourager à découvrir d’autres endroits où elle pourrait trouver amitié et gens compréhensifs devant sa différence. C’est ainsi que Glenda se construisit une personnalité d’aventurière de la vie.

Aujourd’hui, lorsqu’elle déménage fictivement, elle visite son quartier, pour découvrir de nouveaux endroits où sortir. Elle frappe à la porte de ses voisins non réels, pour les inviter à boire un verre et faire connaissance avec eux. Quand elle passe à la FNAC, elle achète des livres d’auteurs qu’elle ne connaît pas, pour essayer. Et quand elle va dans ses restaurants favoris, elle commande des plats qu’elle n’a encore jamais tentés, pour goûter.

Waw.

Indiana Jones est teeeellement plus sexy avec des lunettes. Non aucun rapport.

Putain j’aurais bien aimé être comme Glenda. Moi je suis une personne pas imaginaire, et surtout réellement monomaniaque. Depuis 3 ans, je mange entre 2 et 5 fois par semaine ma salade de pâtes tomates-capellini 3min-cornichons-dés de jambon, et tous les matins je choisis entre les Crunchy Muesli Carrefour et les Carrefour Stylesse Chocolat Noir. Quand j’étais petite, j’avais une petite bibliothèque remplie de mes livres préférés, que je relisais inlassablement. C’était comme un petit jardin paradisiaque aménagé par moi-même pour moi même, et dont je connaissais exactement chaque petit caillou jonchant l’allée, chaque brindille scintillante de rosée, chaque pâquerette tendue vers les chauds rayons du soleil dorés. Je savais exactement quel livre ouvrir pour me retrouver confortablement installée à l’ombre d’un chêne imaginaire, ou lequel me ferait sentir la douce et tiède brise magique de l’émerveillement littéraire. Jésus. Pourquoi dans ces conditions explorer d’autres contrées ? Pourquoi tenter un autre plat que le tartare, alors que j’aime tellement le bœuf ? Y aurait-il autre chose qu’une amère déception au bout du chemin ??

La semaine dernière, alors que j’étais tranquillement en train de légèrement paniquer pendant a semaine de séminaire de boulot, qui prévoyait juste que je fasse une présentation sur scène devant 300 personnes munies d’yeux et d’oreilles parfaitement fonctionnels, je me suis alors surprise à reprendre depuis le début la lecture d’un de mes coins favoris de mon jardin paradisiaque personnel. Je me suis replongée dans l’aventure qui a accompagné toute mon adolescence, qui l’a enveloppée de magie et d’aventure, de frustrations, de colère et de soulagement, de joie et de chaleur dans mon cœur tendre.

La semaine dernière, j’ai commencé la relecture de Harry Potter.

Oui, j’ai 24 ans et je relis Harry Potter, depuis le 1er tome destiné aux enfants jusqu’au dernier qui fait peur. Je relis le livre qui m’a fait regretter d’avoir 12 ans et donc dépassé l’âge d’être convoquée à Poudlard, celui qui m’a conduite à verrouiller mon journal intime électronique avec le mot de passe « Alohomora », le livre qui m’a appris que les adaptations cinématographiques commencent mal lorsque l’acteur principal a des yeux bleus alors que le bouquin stipule précisément et de multiples fois dans chaque tome que le personnage qu’il joue a des iris verts. VERTS, bordel.

« Harry… Tu as les yeux de ta mère » « MA VIE EST UN MENSONGE »

N’empêche, ça m’a fait comme de retrouver un ami d’enfance. Comme quoi, même maintenant que j’ai de vrais amis, Harry Potter et mes multiples vieilles névroses ont leur place.

Publicités

Questions du jour

1) Comment trouver un appart à Paris

Erreur 1 :

« Hey j’ai vu une annonce ce matin, je vais appeler en arrivant au bureau »

FAUX (comme dirait Norman) car en Parisie, si tu attends plus de 7 minutes pour appeler après la publication d’une annonce sur internet, la réponse obtenue ne sera pas : « Mais ouiii venez visiter ce week-end tranquillou bilou, allez gros bisous », mais plutôt « Aaaaaah non l’appartement est pris. Oui Madame ça va vite mais en même temps vous n’êtes pas seule sur Terre à chercher un appartement Madame. Au revoir ».

« Allô quoi je mets l’annonce à 9h et la meuf elle appelle genre à 14h. J’lui dis attends ici chérie c’est Paris OK, c’est pas Trou-d’balle-sur-Mer, non mais lose quoi, merci les gens »

Car oui, la terre de Parisie porte aussi le nom de SympathiqueLand, l’endroit où les gens sont souriants et chaleureux (non).

Erreur 2 :

Tu as évité l’Erreur 1 et appelé dans la minute où tu as reçu ta notif push de seloger.com. Bravo ! Mais ta quête n’est pas encore validée, car il reste encore à visiter cet appartement.

« Bonjouuur, en ce vendredi matin je me demandais s’il vous restait un créneau dans la journée de demain samedi pour visiter votre bien »

Tutututut. La réponse ne sera jamais « Mais bien sûr, venez entre 13 et 14h du matin avec plaisir », mais :

« Aaaaah non Madame, le samedi nous sommes fermés, mais nous avons un créneau à vous proposer cette après-midi à 15h30 si vous voulez »

« …Et plus tard c’est possible ? Parce qu’en fait je travaille aujourd’hui, du fait que nous sommes en semaine vous voyez »

« Laissez moi regarder… Nous avons aussi 17h, mais pas après »

« … Donc en fait il faut que je démissionne de mon boulot pour visiter ? »

« Aaaaaah non Madame, il faut un gain mensuel de 3 fois le loyer chaque mois pour louer »

« … »

« Muimuimuiii ben écoute ce qu’on va faire, c’est qu’on va tous se faire un bisou dans le téléphone et réfléchir calmement à la bouse qui sort de ta bouche, dac ? Cimer »

Quand tu sais qu’à Paris le loyer d’un 40m carrés oscille joyeusement entre 900 et 1400 € selon le quartier, tu te fends la pêche dans les grandes largeurs. Mais pas de soucis, un RTT déposé plus tard, tu peux enfin arpenter les apparts à moquette, parquet ou lino avec un regard ému pour le prix mensuel que te coutera chaque latte sous tes pompes.

Comme dit mon Papi, à ce niveau de n’importe quoi ya plus qu’à tirer l’échelle. Et se faire un sandwich.

A ce moment, tu penses que tu es enfin arrivé au bout de tes malheurs à but d’achat de toit sur ta tête, mais sache qu’en réalité tu es en plein Royaume de la Gourance, car…

Erreur 3 :

« Cet appartement vaut 1 385 € pour 42 m carrés, refait à neuf, ça doit être de la pure bombasse, je visite tout à l’heure, je file le dossier et OPOPOP »

Nenni. Car en Parisie, même les grosses merdes se monnaient cher. Tu peux aussi bien tomber sur ce dont tu rêves que sur :

« OH un sol en coco tressé, comme c’est… Odorant. Et quel beau coin cuisine dans ce renfoncement de couloir, charmant vraiment. Hmmm et cette porte de placard, qu’y-a-t il derrière ?… HANGH (cri de surprise intense) heeem mais qu’est ce que c’est que ça ? »

« Un couloir de 5 m de long sur 50 cm de large menant aux toilettes, Madame »

« Je vois je vois. C’est donc ça que vous appelez « appartement atypique et de caractère » ? »

« Bonjouuuur, je suis une authentique sirène atypique »

Car comprendre le jargon immobilier, c’est une étape vers le succès, sache-le. De façon générale, éviter tout bien comportant les mots « de charme » (= vieux) ou « de caractère » (= moche) ou « atypique » (= mal branlé) ou « authentique » (= très vieux), bref FAIT GAFFE, une seconde d’inattention et PAF tu te fais enculer.

« OH un charmant 2 pièces… Mais QUE FAITES-VOUS ENFIN MONSIEUR POCAHONTAS ??! »

2) Comment ça s’passe en ce moment sur le web ?

Ben écoute super, on s’éclate grave du cul.

Les poufiasses continuent à faire semblant d’être daltoniennes en se foutant du rose pâle à lèvres dégueulasse.

Et surtout, un tumblr de maboule que j’ai découvert ya un moment, et qui ne cesse de m’hilariser. Le principe est simple, faire un vieux jeu de mots avec des affiches de film :

La magie du propre.

Le 5ème MousCRUtaire. (blague perrave)

Avec Julia Raubergine.

Je te laisse découvrir le reste, ça vaut le coup 8)

Au fait, on a eu des nouvelles des princesses Disney.

Où ça ?? Je dois absolument parler à Alice.

Elles se sont mises aux sms pour taper la discute à leur prince, c’est bô.

« Poca, tu me manques tellement » « Comment va Meeko ? » « Pocahontas ? » « Merde, t’as du réseau au moins dans ton village ? »

« Hey, tu peux me prendre 3 trucamonbob et unediguedouda en revenant ? » « Ariel, tu as vraiment besoin d’apprendre les noms d’objets humains par un humain et non pas Eureka »

« Ma douce boulette endormie, es-tu réveillée ? » (oui c’est google traduction, cherche pas) « Aurore… » « Aurore, es-tu toujours OK pour notre rendez-vous à déjeuner ? » « Aurooooooore » « OMG je suis réveillée j’ai juste oublié mon téléphone dans ma chambre Philippe ! » « C’eeeeest ça »

J’ai aussi vu d’autres trucs.

« Parfois quand je prends ma douche, des cheveux restent coincé dans mon cul et j’aime la sensation quand je les enlève » (la révélation méga privée)

Être con, c’est pas réservé à l’humanité. Ça a quelque chose de réconfortant, quelque part.

« Parle pour toi, sale moche »

Allez, on se casse, àtchao bon dimanche les losers