Mes quasi coloc d’utérus <3

Crevée je suis.

Ce week-end j’ai fêté Noël avec mes deux petits frangin(e)s, et ce fut plutôt épiquement génial.

J’ai découvert tard que la plupart des frères et soeurs ont une relation à la fois complice et conflictuelle, genre qu’ils s’engueulent tous les 4 matins tout en s’adorant dans les tréfonds de leurs personnes respectives. J’ai d’innombrables exemples qui me viennent en tête : la petite soeur capricieuse, le grand frère trop protecteur, le grand frère sarcastique qui fait parfois mal, la grande soeur Miss Parfaite qui fait complexer, le grand frère moralisateur, etc, etc. Tous font référence à des amis à moi et à la relation qu’ils entretiennent avec leurs quasi-coloc d’utérus.

Mais chez moi, c’est différent. Je ne sais pas si beaucoup de gens sont dans mon cas, en tout cas jusqu’à maintenant j’ai rencontré assez rarement ce type de configuration. Mais le fait est que ma soeur, mon frère et moi, on s’adore. Vraiment. Et on partage plein de trucs, on se ressemble sur plein de choses. Bien sûr un peu plus entre ma soeur et moi puisque nous sommes plus proches en âge, mais finalement pas tellement plus qu’avec mon frère.

On est un peu comme ça, mais en plus canons.

Toub est le plus jeune de nous 3, le petit dernier. Il a 16 ans, il prépare son bac à Aix en Provence où vit ma mère, il est très intelligent et très flemmard. Un ado, quoi. Il fume, il conteste, il rit, il sort, il révise pas. Il écrit des textes beaux, imaginatifs, inspirés. Il est fan de jeux vidéos, culture geek, et de Bob Marley.

Ninoune est celle du milieu, position pas facile. Elle a 21 ans, elle va passer le concours d’instit à St Etienne, où elle habite avec nos grand-parents. Elle aime les enfants of course, mais aussi le chant lyrique, la bouffe et les super héros. Elle fait des grimaces avec autant de talent que Jim Carrey, elle a toujours été la plus drôle de nous 3.

Et moi, l’ainée, celle qui a toujours voulu donner l’exemple, la bordélique avec des manies reloues, celle qui laisse la vaisselle moisir dans l’évier mais qui pète un câble si on met le pied sur son oreiller. Je suis la fille qui a besoin de créer et de produire pour sentir que ma journée a eu une utilité. D’où un enchaînement de lubies : écriture (paf j’ouvre un blog), chant (j’ai 2 chorales), la couture (des presque lapin, castor et… quasiment moufette sont nés de mes doigts de fée) (cf mes DDIY), et puis avant il y a eu les portraits au crayon ou encore les expérimentations sur les pâtes de gâteaux au chocolat.

Comme tu l’as peut-être noté avec ta perspicacité habituelle, nous sommes relativement éloignés géographiquement les uns des autres. Aussi cette année, j’ai décidé de leur faire un cadeau de Noël particulier : des billets de train depuis chacun de leurs bleds pour venir un week-end en Parisie voir ma personne. Et cerise sur le humus, des billets pour aller voir la comédie musicale La Belle et la Bête, que M. Akov m’avais déjà emmenée voir pour notre anniversaire de couple (oui parce qu’on est des gens romantiques alors on va voir des Disneys sur scène).

C’est bien simple, du début à la fin du spectacle je n’ai eu qu’une envie, que Toub et Ninoune soient là pour le voir avec moi, comme pour nous remémorer ces heures carrées passées devant des VHS Disney. Parce qu’on peut chanter quasiment toutes les chansons d’Aladdin, le Roi Lion, Oliver et Compagnie, la Petite Sirène et bien sûr la Belle et la Bête. Ouais. A 3 voix même si tu veux, on est des maboules.

Et ce week-end ce fut chose faite : en plus du spectacle, on a fait de la raclette, des cupcakes, des pancakes, des trucs en cake, et puis une balade à Montmartre, et en rentrant petit crochet par le Marché Saint Pierre pour trouver des tissus à fabriquer une moufette en peluche commandée par des amis futurs parents. Et là, perdus au milieu des 5 étages de rouleaux de toute les couleurs, mes chouchous si différents de moi et en même temps si proches ont soudain émis l’envie de concocter leur propre doudou. Du coup au lieu de visiter les endroits à touristes avec les chinois comme je l’avais imaginé, on a passé le week-end chez moi avec le soleil qui rentrait par les fenêtres, à coudre et raconter de la merde. Ninoune a fait un super hérisson avec une bouche cousue façon cicatrice et des yeux de cadavre en mode personnage de Tim Burton, qui s’appelle Perdition (mais perso je l’appelle Putréfaction). Et Toub a fait une tête de renard, mais il est tellement perfectionniste qu’il a tout recommencé pour le faire ne mieux, et du coup j’ai gardé les bouts pas finis dans un tiroir.

C’était parfait. C’était trop court, et ils me manquent déjà.

BEAUTEEEE

Ah, et si tu projettes de voir le spectacle de la Belle et la Bête au théatre Mogador, vas y en courant et si on te coupe les jambes d’ici là vas y sur les coudes, et si on te remplace les coudes par des prothèses en guimauve pour une obscure raison, vas y sur les fesses, bref je crois que t’as compris le topo. La Magie en Vrai, le frisson de la Beauté.

Advertisements

Publié le 2 mars 2014, dans Delirium très mince. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :