Aujourd’hui, c’est câlin

On se demande souvent si on est les seuls.

Suis-je la seule à ne pas supporter de faire une nuit blanche ?

Suis-je seule dans ma détestation des bananes ?

Est ce que quelqu’un d’autre que moi est déjà tombé amoureux de Donatello la Tortue Ninja violette ?

Capture d_écran 2017-04-10 à 19.14.32

Sous les commentaires YouTube, cette interrogation revient souvent

Je t’épargne le suspens : non, je ne suis pas la seule (déso Donnie, je vais devoir accepter de te partager).

donatello_by_technora1nsh1ne-d6sc6ai

Sexy Donnie – Credits TechnoRa1nSh1ne

A 7 milliards d’être humains sur Terre, je pense qu’il est à peu près impossible d’avoir une pensée qui n’a pas déjà été formulée. Pourtant, me diras-tu, il y a bien une personne à un moment qui a eu cette pensée particulière la première fois ?? Et bien non, mon jeune ami (car ce weekend je tourne à 28 ans, et je n’ai donc plus droit à la carte jeune de la SNCF, et donc je ne suis plus que vieillesse). Car savoir qui a pensé en premier que le gros orteil est tout de même bien relou à ne pas savoir s’il est mieux légèrement au dessus ou légèrement en dessous des autres, ça oblige à se demander 1) si on cherche le premier mec qui a formulé cette pensée ou 2) s’il faut remonter au premier semi primate à avoir agité les doigts de pieds avec une grimace d’inconfort (auquel cas bon courage).

En gros, ça revient à la question de l’œuf ou la poule : les doigts de pieds ont ils été à l’origine de la pensée selon laquelle le gros orteil est bien relou, ou bien est ce la capacité de penser qui a permis de confronter ce bâtard de gros orteil ?

Pour le gros doigt de pied je sais pas, mais pour l’œuf et la poule, la réponse m’a toujours semblée évidente : l’œuf est là depuis bien plus longtemps que la poule. A l’époque où ses arrières arrières arrières ancêtres étaient des reptiles avec pour seul point commun de ne pas voler, ils pondaient DEJA des oeufs. DONC l’œuf est arrivé en premier, FIN de l’histoire !

poule-oeuf-l720-h512

Petit bâtard, quand je pense à tout ce que j’ai poussé pour toi

Et conclusion, il n’y a pas eu de première fois qu’une pensée ou une émotion a été ressentie : elles ont toujours existé depuis qu’il y a des êtres vivants, avec des évolutions et variations continues à mesure que la conscience évoluait.

Cela étant, on est quand même d’accord qu’il a fallut attendre l’apparition des orteils pour que la sensation d’inconfort face à l’indécision du positionnement du plus gros vienne à l’esprit de la créature qui les possède.

Où est ce que je veux en venir, avec cette histoire, finalement ?

Et bien, jeune personne, c’est que peu importe ton incertitude devant la puterie de la vie, peu importe la taille du carré d’herbe qu’on t’a coupé sous les pieds et peu importe à quel point tu fantasmes sur les personnages de comics : tu n’es pas seul.

Et c’est toujours réconfortant de s’en rappeler.

#câlin

Publicités

Publié le 10 avril 2017, dans Delirium très mince, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :